mardi 14 décembre 2010

Kiraz

Je suis devenu familier de Kiraz en feuilletant "Jours de France"
(hé oui!) chez mes parents, le médecin, le dentiste, le coiffeur, toutes
les salles d'attente où on parcourait le féminin de Marcel Dassault
en attendant son tour. Ses irrésistibles "Parisiennes" un peu futiles, libérées, à l'anatomie incertaine m'avaient précocément séduit et
ne cessent de m'émerveiller, merci monsieur Kiraz.

Ce mois de décembre est la "saison" des Pères Noël, ils pullulent, inutile de résister.



Aucun commentaire: