jeudi 28 avril 2011

Le petit chaperon rouge.



Trouvé sur le site Artcurial, du Mezières
que je ne connaissais pas, "Le petit chaperon rouge"
paru dans la revue Adam en 1965.
Le personnage féminin a les traits de Jane Fonda.

Ex Libris

Ex libris librairie Bulles d'écume.

Visuel repris en 2001
pour une sérigraphie Stardom.
Merci à Pedro.

mercredi 27 avril 2011

Macca & Mick

Macca & Mick à nouveau avec  Mike Leander  aux
studios Decca pendant l'enregistrement d'une version
 inédite de "When I'm sixty four" par Marianne Faithfull 
en mai 1967.

dimanche 24 avril 2011

Emmanuel Fremiet.

Toujours ce pauvre
Emmanuel Fremiet dont
je détourne de façon éhontée
et sans vergogne les statues
ahurissantes, verrait-t on
des oeuvres pareilles de
nos jours ? d'autant plus
que c'est pas facile à mettre
dans un salon une oeuvre
de Fremiet , ça ne va pas
avec tout, ça peut jurer
un peu suivant la décoration de l'appartement.

Cette fois ci, j'ai jeté mon dévolu sur "Orang outang étranglant
un sauvage de Bornéo", une oeuvre datée de 1895 commandée
par le  Museum national d'histoire naturelle de Paris. Tout un programme !




Je ne prétends pas être éthologue ou zoologue
mais je doute un peu des connaissances comportementales
du monde animal de Fremiet qui confond déjà
chimpanzés et gorilles et se contente de faire jouer  un rôle
décoratif à ses représentations animales lorsqu'il aborde
 le grand drame de la lutte entre l'homme et la bête. 
En résumé, ce qui me fait sourire c'est la férocité caricaturale
 inhérente à l'époque dont Fremiet affuble cet orang outang, 
 les bajoues frémissantes, arc-bouté,
 les pattes arrière aussi souples que des bras, étouffant
après une lutte épique, le "sauvage" nu  pantelant qui a lâché
son arme et expire sous l'étreinte puissante du monstre 
sans oublier le petit orang qui occupe la droite de la composition
dont on voit la grimace joyeuse et déjà féroce .

vendredi 22 avril 2011

Marcel Gotlib.

Trop rares ont été les
collaborations entre Giraud
et Gotlib à ma connaissance,
c'est bien dommage !
L'alchimie entre l'univers
absurde, les grotesques
calembours de Gotlib
et le trait de Moebius fait
merveille avec ce
"Voyage au fond de l'effroi" déjanté et jubilatoire. Quelques
clins d'oeil complices émaillent l'oeuvre de Moebius ,
"The forbidden city rides again" où Gotlib alias André
Cheval endosse l'habit de factotum du major Grubert
dans Major Fatal, le même Gotlib se retrouve en facheuse
 posture face à un Bandar fou (sans d), il figure au générique
de la deuxième partie de "Tueur à gages" et la coccinelle fait 
une apparition dans "Le chasseur déprime".
Moebius illustrera régulièrement de façon désopilante 
les chroniques de Léandri dans Fluide Glacial.

Paru dans le n° 563 de Pilote  (20/08/70),
repris dans l'album "Rubrique-à-brac" tome 5.

Extrait de Gotlib par Numa Sadoul,
Albin Michel 1974.

Paru dans Fluide Glacial.

mercredi 20 avril 2011

Keith Richards.

Un portrait de Keith Richards par Sebastian Krüger
que j'adore, il est parfait.

Keith Richards qui a bien failli disparaître
 du Final cut de "Pirates des caraïbes 4" à cause de certaines
confessions parues dans son autobiographie relatives à sa
 consommation de stupéfiants, du genre :«Ce n'est pas seulement
la bonne qualité de la drogue qui a assuré ma survie. J'étais très
méticuleux sur la quantité. Je n'en ai jamais pris plus pour être
plus stone.C'est comme ça que la plupart des gens dérapent.»
Des propos qui, selon le site, auraient fortement
déplu à Disney de même que sa description du «petit-déjeuner
des champions», un mélange de cocaïne et d'héroïne. 
Le site DrudgeReport assurait que les apparitions de Keith
Richards pourraient bien être coupées au montage. La rumeur
s'est répandue comme une trainée de poudre sur le Net.
 Disney a fini par se fendre d'un communiqué, via la page facebook
officielle du film. «N'ayez crainte, fans de pirates ,nous sommes
heureux de vous confirmer que Keith Richards reviendra en tant
 que Capitaine Teague dans Pirates des Caraïbes :
Fontaine de jouvence. Voiles hissées en mai 2011 !»
Keith Richards a déjà joué dans Pirate des Caraïbes 3 :
 il y interprètait Teague Sparrow, le père de Johnny Depp,
 l'acteur avait déclaré s'être inspiré de
Keith Richards pour le personnage de Jack Sparrow.

samedi 16 avril 2011

Like a rolling stone.

Après pas loin de 3 semaines à ne publier
que du Moebius/ gir, ça fait un sacré contraste !
Changeons de sujet.  Outre le fait d'être un artiste
bourré de talent, Sebastian Krüger est aussi
un fan des Rolling Stones au regard du nombre
d'illustrations, toiles, caricatures qu'il leur a consacré.

vendredi 15 avril 2011

Walter Brennan.

Une illustration que j'ai toujours adoré à plusieurs titres, Walter Brennan et Henry Fonda dans My darling Clementine (la poursuite infernale) de John Ford, je suis un fan de Ford et Walter Brennan était un excellent second rôle familier des films d' Howard Hawks, "Red river" avec J. Wayne et Montgomery Clift ou "Rio Bravo" où il excelle dans le rôle de Stumpy en vieux boiteux, râleur digne de Jimmy Mac Clure  avec John Wayne, Dean Martin et le jeune Ricky Nelson. Cette image destinée au nouveau magazine Lucky luke fut refusée par René Goscinny sous le prétexte que Walter Brennan était  inconnu du grand public et fut à l'origine d'un clash mémorable entre Goscinny et Giraud évoqué dans "Les années Pilote" de Patrick Gaumer paru chez Dargaud.
- " René m'avait commandé une série de dessins sur les héros de western. Le premier représentait John Wayne et n'a posé aucun problème. Pour le deuxième, j'avais dessiné un acteur de seconde zone... Un inconnu total, Goscinny me l'a refusé, prétextant que pour une galerie d'acteurs, je devais suivre ses conseils et dessiner des personnalités connues. Je lui ai répondu que pour la semaine suivante, je lui amènerais un dessin représentant Gary Cooper, s'il le voulait, mais que pour cette fois-ci, c'était cette illustration ou rien. Cela s'est très mal terminé... Cela se passait dans son bureau, devant les secrétaires... Il m'a traité de" gros con"... Je l'ai traité de "petit con"... Il est parti en claquant la porte... C'était l'horreur ! A partir de cette époque, le le voyais errer dans les couloirs, irascible, malade de rage, incapable d'avoir des contacts avec les dessinateurs."


Photo de référence.

La première illustration  pour le magazine Lucky Luke,
John Wayne dans Rio Bravo.

Photo de référence



Il ne s'agit pas de dessins de Gir, je m'étais amusé,
 il y a quelques années, à faire des croquis de Walter Brennan.